• Accueil
  • News
  • Liban : Les enseignants réclament le paiement de 12 ans d'arriérés de salaire

Liban : Les enseignants réclament le paiement de 12 ans d'arriérés de salaire

Lors d'une conférence de presse qui s'est tenue le 30 mars à l'initiative de la Ligue des professeurs de l'enseignement secondaire public du Liban (LPESPL), les enseignants ont réclamé le paiement de 12 ans d'arriérés de salaire.

Après une grève nationale les 24 et 25 février, les enseignants ont en très grand nombre soutenu l'action de grève. Pour la première fois, les politiques et le sectarisme ne se sont pas immiscés dans les débats. Les enseignants libanais réclament le paiement de l'indemnité prévue pour l'augmentation du temps de travail selon la loi 53/66 de 1996. Le montant de cette indemnité constitue 60% de leur salaire de base. Cependant, en vertu de la loi 717 de 1998, qui prévoit d'«augmenter le niveau du salaire minimum et de regrouper les compensations», ils ont augmenté leur temps de travail sans toutefois obtenir la compensation légale correspondante. La grève menée pendant un mois en 2000 n'a permis d'obtenir de la part du gouvernement qu'une augmentation de 0 à 25%. Cette fois, les enseignants sont déterminés à obtenir les 60% stipulés dans la loi de 1996, et réclament les 12 ans d'arriérés dus par le gouvernement. «Ne laissons personne utiliser le manque de fonds comme excuse, pour deux raisons. Tout d'abord, tout travail mérite salaire. Ensuite, nous ne réclamons qu'un droit acquis qui nous était payé dans le passé sur des fonds disponibles dans le budget général. Cependant, les paiements ont cessé il y a 12 ans. Où sont passés les fonds ?», questionne Hanna Gharib, Président de la LPESPL, dans sa déclaration à la presse. L'IE soutient fermement la LPESPL dans son action de grève et en appelle au gouvernement libanais pour accepter au plus vite la demande légitime des enseignants. Dans une lettre du 3 mars, le Secrétaire général de l'IE, Fred van Leeuwen a écrit : «L’esprit de la recommandation OIT/UNESCO de 1966 concernant la condition du personnel enseignant devrait constituer le fondement des politiques et pratiques nationales portant sur le corps enseignant.» Pour télécharger une copie au format pdf de la déclaration de presse de la LPESPL en anglais ou en arabe, cliquez sur un des liens ci-dessous.

Partagez cette page