16 jours d’activisme contre la violence faite aux femmes 2017

La campagne de cette année est centrée sur l’élimination de la violence faite aux femmes dans l’éducation en prolongeant l’élan et les réalisations accumulés cette année, où plus de 700 organisations l’ont soutenue dans 92 pays.

Le 25 novembre ne représente pas seulement la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, il marque également le début de la campagne mondiale annuelle « 16 jours d’activisme contre la violence faite aux femmes », lancée en 1991. Ces 16 jours se clôturent le 10 décembre, Journée internationale des droits de l’Homme, afin de souligner que la violence faite aux femmes est un problème de droits humains.

Cette année, autour du thème « Ensemble, nous pouvons éliminer la violence basée sur le genre dans l’éducation! »(Together We Can End GBV in Education!), les militant(e)s mettent l’accent sur les outils disponibles en matière de droits humains et sur le cadre de mobilisation mondiale en faveur de lois, de politiques et d’institutions plus efficaces pour effectivement prévenir et lutter contre la violence en milieu scolaire et alentour. Le Centre pour le Leadership mondial des femmes (CLMF), qui coordonne la campagne de 16 jours, rappelle par là sa volonté de mettre à profit le cadre des droits humains pour sensibiliser davantage aux violences faites aux femmes, mais plus important encore, pour encourager leur élimination.

Les syndicats de l’éducation passent à l’action

Lancé en 2016, le programme conjoint de l’Internationale de l’Education (IE) et de l’Initiative des Nations Unies pour l’éducation des filles (UNGEI), « Les syndicats de l’éducation agissent contre la violence basée sur le genre en milieu scolaire (VBGMS) » [Education Unions Take Action to end School-related Gender-based Violence (SRGBV)], implique sept organisations membres de l’IE dans cinq pays d’Afrique de l’Est et du Sud, et vise à renforcer la capacité des syndicats et de leurs affilié(e)s à aider à mettre fin aux violences basées sur le genre en milieu scolaire.

Le programme, soutenu par le Gouvernement du Canada, offre aux syndicats une possibilité unique en son genre de tester, reproduire et diffuser des méthodes d’action syndicale innovantes afin de lutter contre la violence en milieu scolaire et alentour, en Ethiopie, au Kenya, en Ouganda, en Afrique du Sud et en Zambie. Jusqu’à présent, il a permis de cerner des défis essentiels et de mettre en lumière des exemples précieux de bonnes pratiques syndicales, et des preuves d’évolution des comportements parmi leurs membres. Le programme a également mis en évidence le rôle non négligeable que peuvent jouer les syndicats de l’éducation dans la lutte contre la violence basée sur le genre, et dans le renforcement de la sécurité des garçons et des filles, des jeunes et des enseignant(e)s dans le cadre scolaire.

16 jours où les syndicats de l’éducation s’expriment !

« Les syndicats de l’éducation s’expriment » (Education Unions Speak!) est une série de podcasts, de vidéos et de blogs qui témoignent des changements personnels qu’ont connus des membres de quelques-uns des syndicats qui participent au programme. Parmi les sujets abordés: la recherche de la volonté politique et la mobilisation des soutiens au sein des syndicats pour faire de la VBGMS une priorité syndicale, l’extension aux communautés et la création de nouveaux partenariats, tout cela dans un seul et même but: lutter contre et éliminer la VBGMS.

Merci de visiter le site web, la page Facebook et le canal YouTube de l’IE et de nous suivre sur Twitter durant ces 16 jours, pour regarder et écouter quelques enseignements tirés par des syndicalistes de l’éducation participant(e)s, qui contribuent activement à mettre fin à la violence en milieu scolaire et alentour.

Partagez cette page