Irak: un syndicat poursuit ses efforts dans les régions dévastées par un puissant séisme

Le syndicat irakien Kurdistan Teachers Union n’a pas tardé à soutenir ses collègues et le système éducatif de l’Est et du Sud du pays, frappés par un tremblement de terre dévastateur fin de l’année dernière.

Le 13 novembre 2017, un tremblement de terre dévastateur de magnitude 7,3 sur l’échelle de Richter a frappé l’est et le sud du Kurdistan irakien. La ville de Darbandikhan et la province de Halabja ont été particulièrement touchées.

Huit personnes ont perdu la vie dans cette catastrophe et presque 1.300 ont été blessées, notamment des enseignant(e)s et des étudiant(e)s. Selon Abdalwahed M. Haje, président du Kurdistan Teachers Union (KTU), un grand nombre d’immeubles ont été endommagés et détruits aux alentours de Darbandikhan: six écoles et deux hôpitaux ont été entièrement détruits, sept écoles ont été sévèrement endommagées, tandis que 13 ont subi des dégâts plus légers. Dans les villes voisines, des immeubles et des écoles ont également subi des dégâts sévères.

Soutien du KTU

En réaction à la catastrophe, le siège du KTU a envoyé à Darbandikhan une délégation composée du responsable du KTU, de son adjoint et de certain(e)s de ses membres, ainsi que des membres de la section du KTU à Sulaymaniyah. La délégation a été accueillie par le Directeur de l’Education et les responsables locaux/ales du Darbandikhan.

Leur collaboration a débouché sur une solution viable pour assurer la continuité de l’enseignement dans la région. En effet, toutes les écoles, y compris les 13 établissements endommagés, ont repris leurs activités d’enseignement et d’apprentissage. Selon Haje, le personnel de ces 13 écoles a été affecté dans un autre environnement, trois ou quatre écoles étant réunies dans un même bâtiment.

Le dirigeant du KTU a salué les efforts déployés par le Directeur de l’Education, les responsables et les directeurs/trices d’école à Darbandikhan. « En tant que représentants du siège du KTU et de la section du KTU à Sulaymaniyah, nous leur avons également apporté les fournitures administratives nécessaires. Lors de notre visite dans la région touchée par la catastrophe, des membres de notre section locale à Garmiyan se sont joints à nous, et nous avons rencontré le Directeur de l’Education de Garmiyan ainsi que des représentants du Directorat de l’Education de Kalar », a poursuivi Haje.

Réfugié(e)s

Haje a non seulement abordé la question de l’éducation à Kalar, mais également la situation des réfugié(e)s à Duzkhurmatu, parmi lesquels on retrouve 900 enseignant(e)s et 9.000 étudiant(e)s qui se sont retrouvé(e)s sans logement au lendemain de la catastrophe. Il a fait remarquer qu’environ 50.000 réfugié(e)s étaient des migrant(e)s, une grande majorité s’étant installée à Kalar.

« Les étudiants issus de l’immigration ne doivent pas se trouver éloignés de leur lieu d’étude et de leur institution scolaire », a déclaré Haje, en saluant les efforts déployés par le Directorat général de l’Education pour garantir la reprise de l’enseignement à Kalar.

Les dirigeant(e)s du KTU ont également félicité les membres du syndicat, les enseignant(e)s et les directeurs/trices d’école qui ont permis d’assurer la continuité de l’enseignement dans la ville.

Partagez cette page