Les syndicats algériens oeuvrent en faveur d’une meilleure égalité des genres

Les syndicats de l’éducation algériens collaborent avec l’Internationale de l’Education pour aborder les questions d’égalité des genres dans leurs syndicats dans le cadre d’un programme de développement des capacités.

Deux syndicats de l’éducation algériens, le Syndicat national des travailleurs et de la formation (UNPEF) et le Syndicat national autonome des professeurs de l’éducation (SNAPEST), collaborent pour aborder l’inégalité des genres. Les syndicats travaillent sur un programme de renforcement des capacités de 18 mois organisé par l’Internationale de l’Education (IE). L’initiative a été officiellement lancée le 18 février lors d’une réunion conjointe avec les membres des conseils nationaux des deux syndicats.

Ce programme novateur est basé sur l’approche d’apprentissage par l’action de genre (Gender Action Learning-GAL) mise au point par Gender at Work, un réseau d’expert(e)s associé(e)s qui s’efforcent de traiter et de transformer les racines profondes de l’inégalité et des normes sociales discriminatoires au sein des organisations.

Apprentissage entre pairs

L’approche GAL du changement organisationnel est basée sur des techniques expérimentales d’apprentissage entre pairs pour permettre aux organisations de changer la dynamique du pouvoir du genre en interne et dans leur travail programmatique. L’approche GAL permet également aux deux syndicats de collaborer et d’apprendre les uns des autres par le biais d’activités structurées d’apprentissage entre pairs. C’est la première fois que la méthodologie GAL est utilisée avec les organisations membres de l’IE en Afrique du Nord.

Le travail de l’UNPEF et du SNAPEST sera facilité par un collaborateur de haut niveau associé à Gender at Work avec le soutien de l’IE.

Collectes de témoignages

Le processus GAL consiste, dans un premier temps, en une réunion où chacun peut raconter son histoire en compagnie de maximum 30 syndicalistes, dirigeant(e)s et employé(e)s de chaque syndicat. Lors de cette première rencontre, les participant(e)s réfléchissent et évaluent les approches, les politiques et les activités passées, présentes et futures de leur syndicat en vue d’accroître l’égalité des genres au sein de leur organisation. Ces ateliers ont eu lieu à l’UNPEF les 19 et 20 février, et au SNAPEST les 21 et 22 février.

Les participant(e)s ont acquis une meilleure compréhension des questions d’égalité des genres au sein de leurs syndicats. Ils ont réfléchi à leur responsabilité et leur rôle en tant qu’individus, et au rôle de leurs syndicats respectifs dans la lutte contre les inégalités des genres. Les participant(e)s ont également commencé à identifier les mesures possibles à prendre à cet égard aux niveaux individuel, syndical et communautaire.

Changements

La deuxième étape du processus GAL consiste pour les syndicats à identifier une équipe du changement composée de maximum six personnes (avec un nombre équivalent d’hommes et de femmes). Cette équipe sera chargée d’élaborer les « expériences du changement » qui seront mises en œuvre au cours du programme. Tout au long du programme, les équipes pour le changement des deux syndicats recevront un encadrement et un soutien de la part de Gender at Work, lorsqu’ils s’emploieront à mettre en œuvre leurs expériences dans les syndicats.

Prochaines étapes

Les membres de l’équipe pour le changement des deux syndicats participeront à trois ateliers d’apprentissage entre pairs au cours du programme de 18 mois. Ils/Elles partageront et apprendront des expériences des un(e)s et des autres sur la mise en œuvre du changement dans leur syndicat respectif. Le premier de ces ateliers entre pair(e)s aura lieu en mars 2018.

Continuez à nous suivre pour d’autres mises à jour sur les progrès de ce travail en Algérie.

Partagez cette page