• Accueil
  • News
  • Lancement de l’Initiative pour le personnel de l’éducation

Lancement de l’Initiative pour le personnel de l’éducation

L’Internationale de l’Education a salué le lancement de l’Initiative pour le personnel de l’éducation par la Commission internationale sur le financement des opportunités éducatives mondiales.

L’Initiative pour le personnel de l’éducation (EWI) a été lancée à Dubaï, Émirats arabes unis, en marge du Forum mondial sur l’éducation et les compétences et de la cérémonie de remise du Global Teacher Prize.

S’exprimant à l’occasion de ce lancement, Susan Hopgood, Présidente de l’Internationale de l’Education (IE) et Vice-présidente du Groupe de pilotage de haut niveau (HLSG) de l’initiative, a souligné le fait que l’EWI offrait aux gouvernements l’occasion de travailler aux côtés des syndicats de l’éducation, des enseignant(e)s et du personnel de soutien à l’éducation, en vue de professionnaliser les rôles de l’enseignant(e) et les autres rôles.

L’enseignement est une profession

Hopgood a réaffirmé que l’enseignement était une profession, et que tous les élèves devaient être suivis par des enseignant(e)s bien formés, très qualifié(e)s, fiables, soutenu(e)s et motivé(e)s, et apprendre au sein d’institutions saines, sûres et pourvues des ressources nécessaires. Elle a mis en garde contre une perspective de voir l’EWI remettre en cause la professionnalisation de la profession, en favorisant le recrutement d’un personnel enseignant non qualifié.

Une approche englobant l’ensemble de l’école, l’ensemble de l’étudiant

Hopgood a plaidé pour une approche englobant l’ensemble de l’école, l’ensemble de l’étudiant(e), où les enseignant(e)s et le personnel de soutien à l’éducation travaillent conjointement afin d’aider les étudiant(e)s à réaliser pleinement leur potentiel.

« Je tiens à être parfaitement claire : nous ne suggérons en aucun cas que le personnel de soutien à l’éducation assume un rôle d’enseignant(e), ou vice versa, mais que ces catégories de professionnels de l’éducation se complètent et collaborent l’une avec l’autre afin de tirer pleinement parti de leurs compétences et leur soutien au profit des élèves, » a-t-elle souligné.

Ajoutant que « l’IE apprécie à sa juste valeur le rôle décisif du personnel de soutien à l’éducation en termes de contribution à l’éducation de qualité pour toutes et tous ainsi qu’à la réalisation de l’ODD n° 4 sur l’éducation de qualité », elle a dépeint les efforts déployés par l’IE afin de donner les moyens d’agir au personnel de soutien à l’éducation, y compris en convoquant une conférence internationale en faveur de cette catégorie de professionnels de l’éducation, qui se tiendra à Bruxelles, en Belgique, en mai prochain.

Le rôle critique de la direction d’établissement

Hopgood a également fait valoir que les chefs d’établissement jouaient un rôle pivot dans la fourniture d’une éducation de qualité et la garantie de l’équité et de l’égalité des chances en matière d’éducation, au profit de tous/toutes les apprenant(e)s. Elle a cependant insisté sur le fait que ces responsables d’établissement étaient bien trop nombreux à consacrer une grande partie de leur temps à des tâches administratives au lieu de soutenir les enseignant(e)s et les élèves en classe et à l’extérieur, et elle a appelé l’EWI à contribuer au renforcement du leadership pédagogique dans les écoles.

L’engagement décisif du gouvernement

Elle a poursuivi en rappelant au Groupe de pilotage et aux autres participants que la formation et le recrutement d’un nombre adéquat d’enseignant(e)s et de personnels de soutien à l’éducation ne pouvaient être assurés que si les gouvernements manifestaient clairement leur volonté politique et leur engagement à élaborer et mettre en œuvre des politiques globales en faveur des enseignant(e)s et du personnel de soutien à l’éducation.

« Il est absolument primordial de mobiliser le financement nécessaire au recrutement, à la motivation et à la rétention d’un personnel de qualité, qu’il s’agisse des enseignant(e)s ou du personnel de soutien à l’éducation, » a déclaré Hopgood.

Elle a conclu en soulignant que « le succès de l’EWI, et de toute politique ou réforme éducative, d’ailleurs, ne pourra être assuré qu’en impliquant les enseignant(e)s et le personnel de soutien à l’éducation, dès le début et tout au long du processus ».

L’EWI devrait donc attirer l’attention sur le rôle critique des enseignant(e)s et personnels de soutien à l’éducation de qualité en vue de contribuer à l’éducation de qualité pour toutes et tous, en particulier dans les pays à revenu faible et intermédiaire.