Mexique: les enseignant(e)s luttent pour modifier les mesures de réforme de l'éducation

Le Sindicato Nacional de Trabajadores de la Educación du Mexique œuvre pour une révision structurelle de la réforme de l'éducation de 2013 promue par le Président sortant Enrique Peña Nieto.

Selon le Sindicato Nacional de Trabajadores de la Educación (SNTE), il ne s'agit pas de remplacer totalement la réforme, mais de travailler pour l'améliorer et lutter contre les mesures qui affectent le développement professionnel des enseignant(e)s.

Le Secrétaire général du SNTE Alfonso Cepeda Salas a expliqué: « Les enseignants et enseignantes savent qu'ils doivent s’adapter pour s’améliorer et répondre aux besoins des nouvelles générations. Le SNTE les a accompagnés dans ce processus en offrant des formations de mise à niveau gratuites, et il a exigé le respect sans restriction de leurs droits ».

Il a également déclaré que les efforts n'ont pas été suffisants et, après avoir examiné l’application de la réforme de l'éducation, des incohérences et des interprétations erronées de la loi de la part de certains gouvernements des Etats ont été constatées. Cette situation affecte le développement professionnel des enseignant(e)s.

Parmi les incohérences, il a notamment mentionné les lacunes dans l'attribution des places et des promotions, le manque de personnel enseignant, la formation très limitée offerte aux enseignant(e)s, et le manque d’investissements dans l'infrastructure et les équipements scolaires.

De plus, grâce à l’intervention du syndicat, il a été possible de résoudre le statut professionnel des conseillers/ères d’éducation et des assistant(e)s de laboratoire de Mexico qui, en raison d'une mauvaise interprétation de la loi, ne bénéficiaient pas d’un poste permanent.

« Contrairement à la tendance mondiale à la précarisation du travail et à la réduction des avantages sociaux, le SNTE renforce la sécurité de l'emploi pour ses membres. Il améliore leurs conditions de travail et de salaire, il propose des alternatives pour la mise à niveau et la professionnalisation, en plus de leur garantir une retraite juste. Unis au sein d’un syndicat, nous sommes plus forts », a déclaré le Président du SNTE, Juan Díaz de la Torre.

« L'éducation est l’élément clé qui nous permettra de sortir des problèmes auxquels nous sommes confrontés: la corruption, l'insécurité, l'impunité, l'injustice et l'iniquité. Il nous appartient à tous 'agir dans le cadre de nos responsabilités. Les travailleurs et travailleuses de l'éducation s’y attachent et sont soutenus par leur syndicat », a-t-il ajouté.

Partagez cette page