Assurer la justice fiscale pour garantir les droits des travailleurs/euses – Les syndicats passent à l’action

Les pratiques d’évasion fiscale des multinationales ont fait l’objet d’un récent séminaire réunissant des syndicats du monde entier.

La protection des droits des travailleurs/euses face aux pratiques d’évasion fiscale des multinationales était au cœur des discussions menées lors d’un séminaire syndical sur la fiscalité mondiale, tenu à Genève du 8 au 10 octobre. Organisé par la Fondation Friedrich Ebert (FES), le Centre for International Corporate Tax Accountability and Research (CICTAR) et l’Internationale des services publics (ISP), l’événement s’est penché sur les pratiques fiscales des multinationales et leur incidence sur les conditions de travail à travers le monde.

Le séminaire, auquel ont assisté des délégué(e)s de l’Internationale de l’Education (IE) et de son organisation affiliée, l’American Federation of Teachers (AFT), a levé le voile sur les pratiques fiscales de ces entreprises afin de « remettre en question ce modèle d’entreprise destructeur », pour reprendre l’expression citée dans une note d’information du CICTAR (en anglais).

Les pratiques courantes de sous-traitance et privatisation ainsi que les conditions de travail précaires qui caractérisent souvent les multinationales sont, toujours selon le CICTAR, à l’origine d’inégalités croissantes, de salaires en baisse et de conditions de travail moins favorables, d’attaques menaçant la négociation collective et d’une représentation syndicale moins forte. Les multinationales évitent l’impôt au moyen de structures complexes et opaques, mais dépendent fortement des contrats publics. « En contestant le modèle d’affaires des multinationales, nous avons l’occasion d’améliorer la donne pour des millions de travailleurs et travailleuses et de faire progresser la justice fiscale mondiale », souligne la note d’information.

Exemples nationaux

Des syndicats de différents pays ont proposé des présentations lors de la table ronde « Les syndicats peuvent-ils se renforcer et trouver des sympathisants au travers des campagnes sur la fiscalité ? ». Bob Brown, de l’AFT, a décrit le succès d’une grève des enseignant(e)s menée dans l’ensemble de la Virginie occidentale, qui a ainsi débouché sur une hausse des salaires de cinq pour cent dans l’enseignement et reflétait l’opposition des enseignant(e)s aux importantes réductions opérées dans le budget public de l’éducation. Les participant(e)s de Sinafresp (Brésil) ont expliqué comment leur campagne « Les pauvres paient plus d’impôt » (en brésilien) permettait de sensibiliser sur les régimes fiscaux régressifs qui sont une injustice dans leur pays.

Le combat de l’IE pour la justice fiscale

A maintes reprises, l’IE a fait campagne pour une imposition équitable et progressive afin de financer l’enseignement public de qualité pour tou(te)s, y compris en tant que vecteur essentiel en vue de concrétiser les Objectifs de développement durable. En 2016, une boîte à outils a été mise au point en collaboration avec la Campagne mondiale pour l’éducation et ActionAid International dans le but de soutenir les syndicats de l’enseignement et les organisations de la société civile dans les pays à revenu faible et intermédiaire, dans le cadre de leurs efforts de plaidoyer et de mobilisation sur les questions liées au financement de l’éducation à travers une imposition équitable et progressive. La boîte à outils est adaptable à différents contextes et peut être téléchargée ici (en anglais).

Partagez cette page