• Accueil
  • News
  • Les syndicalistes de l’éducation ajoutent leur voix à la défense de la liberté d’expression

Les syndicalistes de l’éducation ajoutent leur voix à la défense de la liberté d’expression

L’Internationale de l’Education s’est jointe à la Fédération internationale des journalistes et a soutenu les appels lancés par la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme, Michelle Bachelet, exhortant les gouvernements saoudien et turc à enquêter sur la disparition du journaliste Jamal Khashoggi.

Le Bureau exécutif de l’Internationale de l’Education (IE), lors de sa 51e réunion tenue à Bruxelles, en Belgique, du 16 au 18 octobre, a adopté une déclaration « L’IE pour la défense de la liberté d’expression ».

« La liberté d’association, de réunion et d’expression est une des composantes indispensables des droits humains, de la démocratie et de l’Etat de droit, et les journalistes sont essentiels pour garantir la responsabilité et la fidélité de ces principes », rappelle la déclaration.

Les membres du Bureau exécutif de l’IE notent également que Jamal Khashoggi avait critiqué les politiques saoudiennes dans son pays, dénonçant l’emprisonnement de manifestant(e)s politiques, y compris des femmes à la tête de la cause de la réforme sociale, et à l’étranger, en particulier la coalition saoudienne au Yémen qui a provoqué une grave crise humanitaire.


Ils/Elles continuent d’insister sur le fait que « cette disparition inquiétante fait suite à l’assassinat de plusieurs journalistes et militants des droits humains dans différentes parties du monde, y compris en Europe. Cette situation illustre une répression générale contre la liberté d’association, de réunion et d’expression. »

L’IE rappelle à tous les gouvernements leur devoir de prendre des mesures pour prévenir la torture, les disparitions forcées et autres violations graves des droits humains, d’enquêter sur les allégations d’actes constituant ces crimes et de traduire en justice les personnes soupçonnées de les avoir commis.

L’IE se joindra également à la Fédération européenne des journalistes/Fédération internationale des journalistes pour exhorter les institutions européennes à améliorer le projet actuel de directive sur la protection des dénonciateurs et à sensibiliser à la Recommandation du Conseil de l’Europe sur la protection et la sécurité des journalistes.