• Accueil
  • News
  • L’IE annonce le nom du gagnant du Prix de l’Education

L’IE annonce le nom du gagnant du Prix de l’Education

Le Bureau exécutif de l'Internationale de l'Education, réuni à Bruxelles, a annoncé que Curtis Riep était le lauréat du Prix de l’Education Albert Shanker.

Tous les quatre ans, l'Internationale de l'Education (IE) décerne le Prix de l'Education Albert Shanker à un enseignant(e) ou à un(e) autre employé(e) de l'éducation, en reconnaissance de sa contribution personnelle exceptionnelle à l'éducation. Le Prix de l’IE célèbre son « action professionnelle [qui reflète] un engagement en faveur de l’excellence en éducation et de la promotion de la démocratie, de la justice sociale et de l’égalité par l’éducation ».

Le lauréat, Curtis Riep, est candidat au doctorat et assistant d'enseignement à l'Université de l'Alberta, au Canada. En 2014, il a mené une recherche novatrice qui a permis de promouvoir un enseignement public de qualité au Ghana en mettant en lumière la privatisation croissante de l'éducation au Ghana et les lacunes des écoles dites privées « à bas prix ».

Le travail de Curtis Riep s’est étendu au-delà de l’Afrique de l’Ouest quand il a mené une recherche sur les écoles de l’APEC aux Philippines. Ses recherches ont contribué au succès de la réponse mondiale de l’IE contre la privatisation et la commercialisation de l’éducation.

En 2016, Curtis Riep a mené une étude sur Bridge International Academies (BIA), une chaîne d’écoles à but lucratif illégale en Ouganda. Cette étude a montré que l’affilié de l’IE, l’UNATU, avait réussi à convaincre le gouvernement ougandais d’agir contre les BIA en annonçant la fermeture de la chaîne.

Au cours de ses recherches sur le terrain, Curtis Riep a été arrêté en raison de fausses allégations des BIA. Bien que les allégations aient été rejetées, car jugées « sans fondement », les BIA ont continué à harceler Curtis Riep. Malgré les menaces et les tentatives d'intimidation, il a terminé ses recherches. Les informations découvertes ont été essentielles dans la campagne contre la privatisation de l'enseignement public.

Selon les syndicats qui l'ont nominé, à savoir la FCE du Canada et l’UNATU d'Ouganda, « au cours des six dernières années, Curtis Riep a plus contribué à un enseignement public de qualité financé par les fonds publics partout dans le monde que la plupart des gens ne peuvent espérer le faire de toute leur vie. Sa contribution personnelle pour garantir que tous les enfants aient accès à une enseignement public de qualité, inclusif, indépendamment de leur statut socio-économique, de leur genre ou du pays dans lequel ils habitent est remarquable. »