• Accueil
  • News
  • Oslo: une conférence internationale place les enfants au cœur de l’éducation de la petite enfance

Oslo: une conférence internationale place les enfants au cœur de l’éducation de la petite enfance

La conférence internationale « The Nordic Way –Early Childhood Education and Care » (Suivre la voie nordique –Education et accueil de la petite enfance) a été organisée les 26 et 27 mars à Oslo sur invitation de l’Union of Education Norway, en partenariat avec le ministère norvégien de l'Education et de la Recherche et le Conseil des ministres nordiques.

 

Cette conférence a réuni 300 participant·e·s provenant de près de 50 pays, y compris des ministres de l'Education, des décideur·euse·s politiques, des représentant·e·s de syndicats de l'éducation, des éducateur·rice·s de l’EPE, des chercheur·euse·s et des universitaires.

La Conférence a fourni de précieuses informations sur l’approche prônée par les pays nordiques concernant l’éducation de la petite enfance (EPE) et a suscitédes discussions approfondies sur le sujet, en insistant tout particulièrement sur les droits de l’enfant, le respect, la confiance et le jeu.

Le Ministre norvégien de l’Education Jan Tore Sanner a accueilli les participant·e·s de la conférence. Il a soulignéle fait que les enfants doivent être les acteurs de leur vie et non de simples spectateurs, et qu'il était important de leur donner « des racines et des ailes ».

Le Président de l’Utdanningsforbundet/Union of Education Norway (UEN), Steffen Handal, s’est lui aussi intéressé aux enfants, à leurs besoins et à leurs manières d'apprendre. Il a abordé « la valeur intrinsèque de l’enfance » et renversé l’idée selon laquelle l’EPE sert à « préparer les enfants à l’école ». Handal a signalé que l’EPE était importante en soi, et devait préparer les enfants à la vie.

Outre le respect des valeurs de l’enfance, Steffen Handal a identifié « l’attention et l’amitié comme des objectifs à part entière » et reconnu « la valeur du jeu » ainsi que l’importance « de la démocratie et du droit de participation des enfants ».

L’un des fils conducteurs de la Conférence a été l’importance du jeu comme principal moyen pour les jeunes enfants d’apprendre et de se développer. La pédagogie nordique traditionnelle s’appuie sur l’observation et la compréhension de ce que l’enfant exprime, y compris le « langage » du jeu.

David Edwards, Secrétaire général de l’Internationale de l'Education (IE), a comparé l’approche nordique selon laquelle on écoute l’enfant et la pression exercée sur l’enfant pour le faire entrer dans des moules ou des modèles prédéfinis. Défendant une logique fondée sur la réalité de la petite enfance, Edwards s’est demandé « qui aurait pu imaginer que nous devrions défendre le droit de chaque enfant à jouer et à avoir une enfance ? ».

Et le Secrétaire général d’ajouter: « Les jeunes enfants doivent avoir du temps pour jouer, apprendre sans stress et grandir en pouvant continuer à apprendre à l’école. Ils doivent être formés par des enseignants hautement compétents et qualifiés, et apprendre dans des centres scolaires ou des écoles dotés de ressources suffisantes. »

David Edwards a en outre souligné le rôle crucial du personnel de soutien à l’éducation dans le développement optimal de l’enfant et les nombreux défis liés à la privatisation de l’EPE, en affirmant que seuls des systèmes d'enseignement public forts peuvent garantir une EPE inclusive de qualité pour tou·te·s.

Susan Flocken, Directrice du Comité syndical européen de l'Education, la région européenne de l'IE, a signalé que la privatisation galopante du secteur de l’EPE en Europe représentait un enjeu majeur et nécessitait de meilleures qualifications, notamment en veillant à ce que les enseignant·e·s de l’EPE soient titulaires d'un diplôme de Master. Par ailleurs, elle a pointé du doigt les mauvaises conditions de travail, les inégalités de genre et les défis connexes, et souligné l’importance de l’autonomie professionnelle pour permettre aux enseignant·e·s de répondre aux besoins des enfants. Elle a insisté sur le fait que « l’EPE [devait] recevoir des financements publics durables, car il s’agit d'un bien public et d’un droit humain fondamental ».

Pour de plus amples informations sur cette conférence, veuillez cliquer ici.