Irak: Un syndicat d’enseignant·e·s investit dans des installations pour améliorer l’éducation au Kurdistan

Des syndicalistes de l’éducation ont investi dans un projet de construction pour améliorer la qualité de l’éducation au Kurdistan.

 

Le Kurdistan Teachers Union (KTU) a signé un contrat avec la société nationale iraquienne Bharari Kar pour la construction de deux bâtiments sur le terrain appartenant à sa filiale de Sulaymaniyah.

Le premier bâtiment de 250 m2 se compose de trois étages avec deux salles et un bureau pour la filiale du KTU à Sulaymaniyah à utiliser pour des conférences éducatives et professionnelles, des réunions, des séminaires, et comme centre culturel pour les enseignant·e·s avec une bibliothèque, un café et un restaurant. Le deuxième bâtiment est un bâtiment commercial. Douze pour cent de ses revenus reviendront au KTU.

En signant le contrat de construction, le Président du KTU Abdulwahed Mohamed a réaffirmé que son syndicat de l’éducation devrait « faire tous les efforts possibles pour trouver les ressources financières nécessaires à la réalisation de ses objectifs clés et être en mesure de fournir aux enseignants et enseignantes les meilleurs services possibles en matière de formation, d’amélioration des niveaux culturels et scientifiques et de susciter un intérêt pour la recherche axée sur les personnes à besoins spéciaux ainsi que sur la protection environnementale ».

Il a également souligné que le KTU « s’efforce d’établir une relation étroite avec les investisseurs nationaux, ainsi qu’avec les organisations de la société civile, pour inciter les étudiants et étudiants qui ont abandonné l’école pour une raison quelconque à retourner dans les écoles et centres éducatifs. Ces installations aideront également les personnes touchées psychologiquement par les attentats terroristes de l’Etat Islamique, en particulier les femmes et les filles yézidies, en leur proposant une coopération et des formations pour s’intégrer dans la société. »

« Je souhaite plein succès à ce projet, afin que le syndicat puisse mettre en œuvre d’autres programmes à l’avenir et mieux promouvoir une éducation de qualité », a conclu Mohamed.