• Accueil
  • News
  • L’Amérique latine, prête pour le Congrès mondial de l'IE

L’Amérique latine, prête pour le Congrès mondial de l'IE

Le comité régional de l'Internationale de l'Éducation en Amérique latine (IEAL) s’est réuni du 24 au 27 avril en Argentine pour déterminer la politique qui guidera la région dans les mois à venir.

Durant la conférence, David Edwards, secrétaire général de l'Internationale de l'Éducation (IE), a remercié la région pour son travail et son soutien dans la gestion du Congrès mondial de l'IE, qui se tiendra en juillet prochain en Thaïlande. « Je me suis formé en Amérique latine », a déclaré M. Edwards, partageant son affection pour la région. Il a averti que « chaque jour, il y a un nouveau Bolsonaro quelque part », contextualisant les progrès de la politique de sous-financement des syndicats en Amérique latine et dans le reste du monde. M. Edwards a revendiqué l’enseignement en tant que principal front de lutte contre la privatisation et la marchandisation de l’enseignement public.

Nouveau réseau d'experts du travail

Hugo Yasky, président de l'IEAL, a annoncé son intention de créer un observatoire d'experts en droit du travail chargé de suivre les cas de violations des droits du travail en Amérique latine, dans le cadre d'organisations internationales telles que l'OIT, qui fête son 100e anniversaire en 2019. L'objectif d'un tel réseau serait de « défendre les droits des travailleurs et de faire face à l'offensive contre les travailleurs de l'éducation », a expliqué M. Yasky. Le réseau abordera également la question de la protection des droits de l'homme dans la région.

Élection du comité régional 2019-2023

Hugo Yasky a été élu au poste de président du Comité régional, au même titre que Fátima Silva. William Henry Velandia et Carmen Brenes ont assumé les fonctions de vice-présidents. Dans son discours d’acceptation, M. Yasky a déclaré : « Nous voyions des nuages ​​noirs à l’horizon et aujourd’hui nous sommes au cœur de la tempête. Mais en réalité, je pense que le monde entier est dans la même situation que nous ». M. Yasky a attiré l'attention sur les secteurs politiques et économiques qui ont ciblé les syndicats d'enseignants.

Fátima Silva a indiqué qu'en 2021 l'Amérique latine était appelée à célébrer le centenaire de la naissance de Paulo Freire. « Nous continuerons à être dans les rues d'Amérique latine pour défendre l'autonomie, la démocratie et l'éducation publique », a déclaré Mme Silva.

Intervention de Dilma Rousseff

La conférence régionale a bénéficié de la participation de l'ancienne présidente du Brésil, Dilma Rousseff, dont l'intervention a été interrompue à plusieurs reprises par des cris implorant « Lula libre ». « Je suis très heureuse d'être parmi les enseignants de toute l'Amérique latine, des bâtisseurs de citoyenneté, des bâtisseurs de savoir, qui jalonnent le chemin de notre enfance et de notre adolescence avec une vision consciente, claire, sans préjugés, sans haine, sans violence - violence qui, comme nous le savons, menace aujourd’hui l’ensemble de notre Amérique et du monde », a déclaré Mme Rousseff.

L’ancienne présidente a partagé l'inquiétude suscitée par la dérive autoritaire du gouvernement brésilien et a critiqué l’emprisonnement politique de Lula da Silva. « La défense de la démocratie et des droits de l'homme au Brésil et en Amérique latine passe par la lutte pour la liberté de Lula da Silva et la justice pour le meurtre de Marielle Franco », a déclaré Mme Rousseff.