Unir nos forces pour changer le monde

Le lauréat du Prix Nobel de la paix, Kailash Satyarthi, a fait naître un espoir de changement parmi les délégué·e·s du Congrès mondial de l’IE grâce à son discours inspirant sur le leadership, le changement et la justice.

 

Allié des éducateur·rice·s bien connu des délégué·e·s présent·e·s au Congrès mondial de l’Internationale de l'Education (IE) à Bangkok, Kailash Satyarthi a commencé son allocution devant le Congrès par une métaphore. « Cette salle est pleine de feu et de lumière, parce que vous symbolisez les étincelles et l'allumage », a-t-il déclaré à l’adresse des 1.400 enseignant·e·s et éducateur·rice·s qui l’écoutaient.

Satyarthi a reçu le Prix Nobel de la paix en 2014 pour sa lutte contre le travail des enfants et il soutient l’IE et son combat pour l’accès à une éducation de qualité depuis des décennies.

Rappelant le thème du Congrès de l’IE « Les éducateur·rice·s et leurs syndicats prennent l’initiative », Satyarthi a indiqué que cette action venait à point nommé et était cruciale compte tenu des « moments sombres » que nous vivons actuellement, où les droits des enfants, les droits des éducateur·rice·s, la démocratie et le climat sont menacés par les conflits et la cupidité.

Les inégalités progressent

Satyarthi a communiqué des chiffres inquiétants, qui démontrent une hausse « inacceptable » des inégalités: 428 millions d’enfants de moins de 10 ans vivent dans une pauvreté multidimensionnelle. Parmi le 1,3 milliard de personnes vivant dans cette situation, plus de la moitié a moins de 18 ans. « Les enfants supportent la plus grosse partie des inégalités partout dans le monde », a-t-il affirmé.

Il a déploré que la situation mondiale ne fasse pas état d’avancées dans la réalisation des Objectifs de développement durable adoptés en 2015, en particulier en ce qui concerne la cible d’une éducation gratuite de qualité pour tous et toutes. Un quart des adolescent·e·s ne sera pas scolarisé en 2030 et le monde a besoin de 69 millions d’enseignant·e·s qualifié·e·s supplémentaires. L’absence de volonté politique et la tendance à la privatisation de l’éducation entravent la marche vers la justice et le progrès, selon lui.

Prendre l’initiative ensemble

Les syndicats et leur lutte pour davantage de justice et d’équité ont été loués par Satyarthi, qui a souligné l’importance de collaborer avec d’autres mouvements sociaux pour « diffuser de la compassion » dans le monde. Sa propre initiative collecte des signatures afin de soutenir les enfants dans le cadre de la « campagne des 100 millions », dont l’IE et d’autres mouvements sont des alliés solides.

Satyarthi a terminé son allocution sur une ovation des délégué·e·s, qui ont apprécié son appel à l’action: « Vous ne pouvez pas attendre qu’un héros descende parmi vous. Vous êtes ce héros. Vous êtes ce changement. Vous êtes les leaders. »