• Accueil
  • News
  • Australie: L’urgence d’un financement accru du secteur de l’enseignement technique et professionnel supérieur mise au jour à l’occasion de la Semaine nationale des qualifications

Australie: L’urgence d’un financement accru du secteur de l’enseignement technique et professionnel supérieur mise au jour à l’occasion de la Semaine nationale des qualifications

Dans le contexte de la Semaine nationale des qualifications en Australie, tenue du 26 août au 1er septembre, les éducateur·rice·s exhortent le gouvernement fédéral à mettre un terme à la baisse des crédits accordés à l’enseignement technique et professionnel supérieur ainsi qu’à la privatisation du secteur.

AEU: L’enseignement professionnel en Australie doit rester dans le giron public, à travers les TAFE

La Semaine nationale des qualifications, placée cette année sous le thème « Des compétences réelles pour une vraie carrière », est l’occasion de reconnaître le rôle déterminant du secteur de l’enseignement technique et professionnel supérieur (TAFE, d’après son acronyme anglais) dans la formation professionnelle de centaines de milliers d’Australien·ne·s chaque année. La semaine a vocation à mettre l’accent sur la valeur des apprenti·e·s et des stagiaires en Australie et à valoriser l’apprentissage pratique et professionnel.

L’Australian Education Union (AEU) note cependant que la Semaine nationale des qualifications ne peut être célébrée sans évoquer l’actuelle situation des établissements publics connus sous le nom de TAFE, qui proposent un enseignement professionnel de premier ordre en Australie.

L’AEU signale que le gouvernement de coalition Morrison a lancé il y a six ans une campagne soutenue visant à reléguer les TAFE à un second plan et mettre un terme à leur financement. Depuis son arrivée au gouvernement en 2013, la coalition a ponctionné 3 milliards dans le budget des TAFE et de la formation et son mépris pour l’apprentissage est tel que le nombre d’apprentis a reculé de 140.000 par rapport aux chiffres relevés avant son élection. Dans l’intervalle, en 2017, quelque 1,2 milliard de fonds publics ont été directement accordés par le gouvernement à des prestataires privés à but lucratif.

Pour l’AEU, les plans du gouvernement de coalition annoncés dans le budget fédéral de 2019-2020 traduisent clairement son indifférence totale à l’égard du système public de formation professionnelle: plutôt que de limiter les prestataires privés et réparer les dommages causés au secteur ces dernières années, le gouvernement a annoncé son intention de privatiser ce qui reste du secteur public en créant des « organismes de compétences nationaux » afin de proposer des « alternatives modernes et flexibles à l’apprentissage en classe » et « renforcer le rôle de l’industrie dans la conception des formations en établissant une commission nationale des compétences ».

L’AEU dénonce ici une manœuvre du gouvernement visant à privatiser entièrement le secteur de la formation professionnelle et dévaloriser les qualifications dans le seul but de répondre aux besoins précis et limités de différents employeurs.

L’enseignement professionnel en Australie doit rester dans le giron public, à travers les TAFE. Le Manifeste de l’AEU sur les TAFE exige ce qui suit du gouvernement fédéral:

  • Garantir un minimum de 70 % de fonds publics afin de financer le système public des TAFE. En outre, aucun financement public ne devrait être accordé à des prestataires privés à but lucratif, comme pour les autres secteurs de l’enseignement.
  • Rétablir le financement et remettre sur pied le système des TAFE, de façon à rétablir la confiance quant à la qualité des formations et des qualifications, et à l’égard de l’institution.
  • Abandonner l’expérience ratée des prêts étudiants et annuler la dette de tou·te·s les étudiant·e·s piégé·e·s par les escrocs du secteur privé à but lucratif.
  • Réinvestir dans la main-d’œuvre enseignante des TAFE et élaborer une stratégie de développement de la main-d’œuvre des TAFE tournée vers l’avenir, en collaboration avec la profession et les syndicats.
  • Élaborer une stratégie d’investissement en capital en consultation avec les gouvernements des États, afin de remédier aux conditions déplorables des établissements TAFE dans tout le pays.
  • Appuyer une vaste enquête indépendante sur le secteur TAFE.

Les syndicats de l’enseignement s’apprêtent à utiliser la Semaine nationale des qualifications pour donner un coup de semonce au gouvernement Morrison afin de remédier au recul des effectifs d’élèves dans le secteur de l’enseignement public technique et professionnel supérieur et à la baisse des fonds publics accordés à la formation professionnelle en rétablissant le secteur TAFE dans son rôle de pilier central de l’enseignement professionnel en Australie.

IE: La privatisation de l’enseignement professionnel en Australie a été un « échec retentissant »

Pour Angelo Gavrielatos, responsable de la réponse mondiale de premier plan à la commercialisation et la privatisation de l’éducation à l’internationale de l’Éducation, « les preuves sont accablantes. La privatisation de l’enseignement professionnel en Australie a été un échec retentissant pour les élèves, les enseignants et enseignantes et leurs communautés, car elle n’a pas su répondre aux besoins d’une économie et d’une société en pleine évolution. L’enseignement professionnel doit revenir aux mains des TAFE, ces établissements publics de premier plan dédiés à la formation technique et professionnelle. »

Pour plus d’informations sur l’enseignement et la formation techniques et professionnels, consultez ce blogue de la Professeure Leesa Wheelahan de l’Université de Toronto intitulé « L’enseignement et la formation techniques et professionnels: capacités et justice sociale ».