• Accueil
  • News
  • Déclaration | L’Internationale de l’Education condamne l’agression turque en Syrie

Déclaration | L’Internationale de l’Education condamne l’agression turque en Syrie

La Fédération syndicale mondiale de l’éducation est profondément préoccupée par l’évolution récente de la situation dans le nord de la Syrie et attire l’attention sur les conséquences désastreuses à long terme du conflit pour les étudiant·e·s et les éducateur·trice·s dans la région.

David Edwards, Secrétaire général de l’Internationale de l’Education, a déclaré : « L’Internationale de l’Education condamne les opérations militaires turques lancées par le Président Erdogan dans le nord de la Syrie qui ont fait de nombreuses victimes parmi la population kurde. Le mouvement syndical mondial défend la paix, les droits humains, l’État de droit et la démocratie. Nous condamnons le recours aux forces armées en l’absence d’opérations multinationales validées par l’ONU, en particulier contre les civils et les infrastructures de service public comme les établissements d’enseignement et de santé. L'IE et ses organisations membres continuent à faire connaître la grave crise humanitaire et la crise des réfugiés dans la région, et appellent les dirigeants mondiaux à faire face efficacement à cette situation, en particulier en ce qui concerne les flux migratoires en Méditerranée orientale.»

Les conséquences de la violence sur les écoles de la région sont terribles, l’éducation de milliers d’enfants étant interrompue, et aucune fin du conflit n’est en vue. Les écoles servent maintenant d’abris pour les 200 000 personnes déplacées. L’éducation est un droit fondamental et devrait être une priorité partout.

En outre, la crise ne se limite pas au nord de la Syrie. L’afflux de réfugiés met déjà à rude épreuve les services et les infrastructures au Kurdistan. Cela exacerbera les tensions et les vulnérabilités existantes, ce qui accroîtra le besoin d’éducation et d’autres services essentiels. 

L’Internationale de l’Education appelle à la cessation immédiate de l’agression militaire afin que les populations de la région puissent enfin entamer le processus de reconstruction après tant d’années de guerre.