• Accueil
  • News
  • Colombie: la grande grève nationale pour la vie et la paix unit la société

Colombie: la grande grève nationale pour la vie et la paix unit la société

Le 21 novembre, les syndicats et les organisations sociales ont appelé à une grande mobilisation en faveur de la vie, de la paix, de l'enseignement public, des droits des enseignant·e·s et des Colombien·ne·s.

La grève nationale de 24 heures organisée par les syndicats et les organisations sociales vise plusieurs domaines:
- La défense de la vie, de la paix et de la démocratie.
- Le droit à la santé des enseignant·e·s et de leur famille.
- Le renforcement et la défense du Fonds national pour les avantages sociaux des enseignant·e·s.
- La réforme constitutionnelle visant à garantir l'augmentation des ressources consacrées à la santé, à l'eau potable, à l'assainissement de base et à l'éducation des Colombien·ne·s.
- Le respect, le développement et la concrétisation des accords signés avec le gouvernement national.
 
La mobilisation s'oppose également à la répression et à la criminalisation de la contestation sociale, à l'assassinat de dirigeant·e·s sociaux·ales, populaires et environnementaux·ales, aux attaques implicites envers les projets de réforme de l'impôt, des salaires, du travail et des retraites prévus par le gouvernement du Président Iván Duque.
 
Il s’agit de la première grande mobilisation sociale de ce type dans le pays qui englobe à la fois les syndicats et les organisations sociales dans un vaste mouvement civique. Ses promoteurs, les syndicats CUT et FECODE (affiliés à l'Internationale de l'Éducation), sont les défenseurs historiques d'un accord de paix en Colombie et s'opposent à la criminalisation de la contestation sociale, défendent un salaire minimum décent dans le pays et le respect des accords avec les différents secteurs sociaux et avec les travailleur·euse·s.
 
La mobilisation a reçu le soutien de l'IE sous la forme d'une déclaration vidéo de son Secrétaire général David Edwards, prise de position conjointe avec Nelson Alarcón, Président de la FECODE (en espagnol):