Droits des peuples autochtones

Droits des peuples autochtones

Introduction

L’Internationale de l’Education participe activement aux activités organisées par les Nations Unies afin de gérer la question des peuples autochtones, notamment dans le cadre du Groupe de travail sur les populations autochtones et de l’Instance permanente sur les questions autochtones. Depuis la création de cette instance en 2002, l’IE a participé à chacune de ses séances annuelles.

Politique

L’Internationale de l’Education appuie l’initiative des Nations unies stipulée dans la déclaration de la première (1995-2004) puis de la seconde (2005-2014) Décennie des peuples autochtones. L’IE soutient également la Convention de l’OIT relative aux « peuples indigènes et tribaux » (1989).

Le Congrès mondial de l’IE a adopté des résolutions relatives à l’éducation des peuples autochtones qui reconnaissent que les cultures et les langues propres aux peuples autochtones enrichissent le patrimoine culturel de l’humanité et méritent d’être protégées en tant que vecteurs culturels et identitaires. L’IE reconnaît le rôle crucial que jouent les enseignant(e)s, le personnel de soutien à l’éducation et leurs organisations au sein du système éducatif dans la promotion et la sauvegarde de l’identité culturelle des peuples autochtones.

Concernant les droits des peuples autochtones, les Congrès mondiaux de l’IE ont adopté les résolutions suivantes : la « Résolution sur le racisme et l’intolérance religieuse » (1995), la « Résolution sur l’éducation des peuples autochtones » (1995), la « Résolution sur les droits des peuples autochtones » (1995), la « Résolution sur les droits des peuples autochtones » (1998), la « Résolution sur l’éducation pour la diversité culturelle » (2004), la « Résolution sur l’intervention du gouvernement australien dans les communautés aborigènes » (2007), la « Résolution sur le respect de la diversité » (2011) et la « Résolution pour la diversité linguistique » (2015). Pour de plus amples informations sur ces résolutions, veuillez cliquer ici.

En outre, l’IE a demandé à ses organisations membres d’appuyer la Déclaration de Collangata, qui soutient les principes fondamentaux essentiels au changement et à la transformation de l’éducation des peuples autochtones et qui représente une affirmation collective des peuples autochtones du monde entier. La déclaration est le fruit de six années de travail amorcées en amont de la Conférence mondiale des populations autochtones sur l’éducation (WIPCE), qui s’est tenue en Australie en 1993. La WIPCE rassemble des éducateurs/trices, chercheurs/euses et étudiant(e)s autochtones du monde entier.

L’IE reconnaît que les systèmes d’éducation publique des différents Etats n’ont pas toujours répondu aux besoins des peuples autochtones. Si des progrès ont été accomplis dans certaines zones urbaines, il reste encore beaucoup à faire dans les zones rurales. L’IE estime que pour atteindre l’objectif de l’Education pour tous (EPT), les organes des Nations Unies, les gouvernements et les syndicats de l’éducation doivent évaluer, transformer et améliorer les politiques et les pratiques en la matière.

Activités

Comme le stipule la « Résolution sur les droits des peuples autochtones » adoptée lors du Congrès mondial de l’Internationale de l’Education en 1998, l’IE s’engage à défendre les droits collectifs des peuples autochtones à l’autodétermination et à la reconnaissance de leur identité culturelle, et notamment le droit d’apprendre et d’utiliser leur propre langue. A cette fin, l’IE a mené les activités suivantes :

 

  • Organisation d’une enquête triennale sur le statut des enseignant(e)s autochtones à l’échelle mondiale par le biais de ses affiliés, dont la première a été menée en 2001. Les résultats de cette enquête ont ensuite jeté les bases du rapport de l’IE sur le statut de l’éducation des peuples autochtones, qui fut présenté lors du Congrès mondial de l’IE.

  • Organisation d’un Forum sur les peuples autochtones tous les trois ans, dont le premier s’est tenu en 1998. Ce Forum réunit des représentant(e)s des affiliés de l’IE ainsi que des partenaires tels que l’OIT et NOVIB (Oxfam-Pays-Bas).

  • A l’échelle régionale, l’IE organise des conférences à l’intention des organisations d’enseignants afin d’aborder les questions spécifiquement liées aux peuples autochtones de la région en question. Par exemple, la Conférence sur l’éducation des peuples autochtones (région Asie-Pacifique), organisée par le Bureau régional Asie-Pacifique de l’IE et le Comité de l’éducation du Pacifique (COPE).

Partagez cette page