Un enseignement de qualité

L'IE a continué à mettre en œuvre des activités de plaidoyer pour promouvoir le statut professionnel et les conditions de travail des enseignants et a continué à exercer des pressions sur les gouvernements pour qu'ils mettent en œuvre l’ODD 4. 

 

L'IE a fourni des informations à la Commission internationale sur le financement des opportunités éducatives mondiales, demandant instamment à la Commission de donner la priorité aux enseignants et au personnel de soutien du secteur de l'éducation dans ses recommandations. Le Sommet international sur la profession enseignante tenu à Berlin en mars, autour du thème «Développement et formation professionnelle des enseignant(e)s: créer les conditions permettant de parvenir à un enseignement de qualité pour d’excellents résultats d’apprentissage » a débattu des politiques des politiques qui promeuvent la formation des enseignants et renforcent leur confiance en eux en vue d’influencer la politique éducative. 

 

L'IE a commencé à travailler à la création de TEN Global, un réseau de réseaux d'enseignants. Les enseignants et le personnel de soutien à l'éducation des pays industrialisés et des pays en développement font face à des défis différents, mais de nombreuses choses les relient en tant que praticiens de salle de classe. 

 

Travaillant au sein des syndicats, des réseaux et des organisations d'enseignants existants, TEN Global offrirait une plate-forme virtuelle et multilingue pour permettre aux enseignants de se connecter à titre individuel à l'international sur des questions telles que le développement professionnel, les pédagogies innovantes, la sensibilisation aux politiques nationales et mondiales de l'éducation et aux thématiques propres aux communautés locales. 

 

En Afrique, le programme « Des Educateurs de Qualité pour Tous » a continué à contribuer à l'amélioration de l'enseignement et de l'apprentissage au Mali et en Ouganda, grâce au développement professionnel continu, dispensé avec le soutien des TIC. 

 

L'IE a participé avec un groupe restreint d'experts nationaux dans les domaines de la recherche et de l'éducation placés sous les auspices de la Commission européenne à un débat sur l’analyse de l'apprentissage et le renforcement de la coopération avec les acteurs européens au sujet de la numérisation et l'éducation. 

 

 

Le droit à l’éducation des migrants et des réfugiés 

 

En réponse au défi des réfugiés  auquel sont confrontés l'Europe et la région méditerranéenne, l'IE a mis l'accent sur la promotion des «écoles accueillant les réfugiés» et la création d'opportunités d'éducation de qualité pour les réfugiés, ainsi que sur une meilleure compréhension du rôle des syndicats dans l'élaboration et la mise en œuvre des politiques nationales d'éducation pour réfugiés et migrants. 

En novembre, l'IE a organisé une conférence internationale intitulée «Éducation au profit des enfants réfugiés - une voie rapide vers l'égalité des opportunités et l'intégration» à Stockholm. La conférence a rassemblé des participants de 50 syndicats d’enseignants de 38 pays, ainsi que des représentants des autorités éducatives de Suède, de France, de Grèce, de Jordanie et des Pays-Bas. 

Trente-trois syndicats ont promis de contribuer à faire du droit à une éducation de qualité une réalité pour tous les enfants, y compris les enfants réfugiés et ceux qui ont été déplacés de force. L'IE s'est également engagée à faire pression en faveur d'une réunion des ministres de l'éducation de l'UE pour aborder les défis éducatifs des enfants et des jeunes réfugiés, de l’organisation d’une conférence mondiale de l'IE sur les valeurs démocratiques et de justice sociale et de la mise en œuvre d’activités sur l'éducation des réfugiés pour les affiliés africains. 

Conformément à la stratégie de mise en œuvre adoptée par le Conseil d'administration, le portail de l'IE Migrant SalahaddinHass, en Syrie, le 26 octobre, où 22 enfants et 6 enseignants ont été tués. Une autre attaque a visé une école à Alep le lendemain, laissant trois enfants morts et beaucoup d’autres blessés. 

L'IE a soutenu sa filiale yéménite alors que la guerre civile continuait à impliquer divers groupes armés. Des centaines d'écoles ont été endommagées ou occupées, des milliers ont été fermées, privant des millions d'enfants de tout type d'éducation. Les enseignants sont victimes de violence, arrêtés arbitrairement, déplacés ou même tués. 

L'IE est membre du Réseau Éducation et Solidarité qui promeut la santé et le bien-être de la communauté éducative. L'IE associe ses organisations membres à plusieurs programmes de pays membres du RES, dont le Burkina, la Colombie, la Côte d'Ivoire, la République Démocratique du Congo, Haïti, la Belgique et l'Allemagne. 

Une réunion du Comité de santé et de sécurité du CSEE a été consacrée à un débat sur le pilier européen des droits sociaux lié à la priorité de l'IE en matière de promotion des droits de l'homme et de plaidoyer en faveur d'écoles et d'établissements d'enseignement publics inclusifs. 

 

Le CSEE a également été en mesure de promouvoir la récente collaboration en matière de santé et de sécurité avec la Fédération européenne des employeurs de l'éducation intitulée «Initiatives des partenaires sociaux destinées à promouvoir des lieux de travail décents dans le secteur de l'éducation pour une vie professionnelle plus saine ». 

EILA et les organisations membres de la région d'Amérique latine touchées par la violence cherchent à apporter la paix dans tous les pays en conflit dans la région. Outre le soutien à la campagne «Oui à la paix» visant à promouvoir l'éducation publique dans une Colombie démilitarisée et sans zones de conflit, l'IE surveille également le processus de militarisation dans les écoles publiques de pays comme El Salvador, le Honduras, le Nicaragua et le Brésil. 

Partagez cette page