Personnel de soutien à l'éducation

Personnel de soutien à l’éducation

Introduction

Le personnel de soutien à l’éducation désigne l’ensemble des membres du personnel professionnel, administratif, technique et général travaillant au sein du secteur de l’éducation, tels que les assistant(e)s, les infirmiers/ères, les psychologues, les trésoriers/ères et les chauffeurs/euses de bus scolaire, entre autres. Leur implication au sein des syndicats varie en fonction des pays. L’IE est convaincue que le personnel de soutien à l’éducation joue un rôle crucial pour garantir une éducation de qualité, ainsi qu’un environnement d’apprentissage sûr et positif.

Politique

Le travail de l’IE en faveur du personnel de soutien à l’éducation s’inspire du Document politique sur l’éducation, adopté lors du 6e Congrès mondial de l’IE en 2011, ainsi que des résolutions adoptées lors des Congrès précédents. Parmi les résolutions pertinentes à cet égard figurent la Résolution pour des emplois stables sous statut et pour une éducation de qualité, la Résolution sur la négociation collective, la Résolution sur les droits syndicaux et la Résolution sur le personnel enseignant de l’enseignement supérieur engagé à durée déterminée.

Si le personnel de soutien à l’éducation se heurte la plupart du temps aux mêmes défis que les enseignant(e)s et le personnel universitaire, il est également confronté à des problèmes différents, tels que le manque général de respect et de reconnaissance à l’égard de son travail. L’ensemble de ces problèmes ont été reconnus dans la Résolution sur les personnels de soutien à l’éducation, adoptée lors du 6e Congrès mondial de l’IE en 2011.

Sans la présence du personnel de soutien à l’éducation, il est impossible de garantir une éducation de qualité. Par conséquent, ses membres doivent voir leur travail au sein de la communauté éducative être reconnu, et doivent bénéficier des mêmes statuts, droits et conditions que les autres membres du personnel de l’éducation, à expérience et à qualifications professionnelles et universitaires égales. Cela passe par la garantie d’une rémunération et d’avantages justes et équitables, en plus du droit d’organisation et de négociation collective. L’IE est particulièrement préoccupée par le nombre croissant de personnels de soutien à l’éducation occasionnels, engagés à temps partiel et/ou pour une période limitée, sans aucune sécurité continue d’emploi.

Il est nécessaire de garantir au personnel de soutien à l’éducation le droit de travailler dans un environnement sûr et sain, de bénéficier d’un soutien et de conseils professionnels, et de perspectives de carrière. A l’instar des professionnel(le)s de l’éducation, ils doivent être en mesure de contribuer et de participer à la prise de décision au sein de leur institution éducative, notamment sur les sujets ayant un impact direct sur leur emploi.

Le personnel de soutien à l’éducation pâtit souvent de l’externalisation et de la privatisation. Ces deux phénomènes détériorent non seulement leurs conditions de travail, mais également la qualité de l’éducation et des services fournis.

Activités

A la suite de l’adoption de la Résolution sur les personnels de soutien à l’éducation par le 6e Congrès mondial en 2011, l’IE a mis en place un groupe de travail afin de poursuivre ses travaux sur cette question. Ce dernier a pour mission de conseiller l’IE sur la question du personnel de soutien à l’éducation, notamment au regard de leur statut, de leurs droits et de leurs conditions d’emploi.

L’IE est particulièrement préoccupée par la hausse de l’exploitation du personnel de soutien à l’éducation, par l’absence de conditions de travail décentes et par la violation des droits humains fondamentaux et des droits des travailleurs, tels que le droit d’organisation et de négociation collective. Cette situation est en partie due à la tendance croissante à l’externalisation ou à la privatisation des services de soutien à l’éducation.

Partagez cette page