Amérique latine

Amérique latine

7e Réunion régionale Peuples autochtones et enseignement public

La 7eRéunion régionale Peuples autochtones et enseignement public a analysé du 7 au 9 août à Asunción, au Paraguay, la situation des enseignant(e)s autochtones en Amérique latine et les moyens de les aider à être mieux représenté(e)s par les syndicats.

Des participant(e)s de Bolivie, du Chili, du Paraguay et du Pérou ont également souligné la nécessité d'un taux d'affiliation plus élevé des enseignant(e)s autochtones dans les syndicats.

Atelier sur l'égalité des genres au Paraguay

Deux organisations membres de l’IE, l’Unión Nacional de Educadores-Sindicato Nacional (UNE-SN) et l’Organización de Trabajadores de la Educación Paraguaya-Auténtica (OTEP-A) ont organisé les 6 et 7 août, à Asunción, au Paraguay, des ateliers en collaboration avec le réseau des femmes du Bureau régional de l’IE en Amérique latine (EILA) (Red de Trabajadoras de la Educación), qui fait le point sur les progrès accomplis dans la mise en œuvre d'une politique visant à réaliser l'égalité des genres au sein des syndicats.

Les participant(e)s ont débattu de l'inégalité entre les genres au Paraguay et du travail du Réseau des femmes au niveau national. Ils ont également discuté de la disparité entre les genres au sein de la direction des syndicats, des rôles liés au genre dans la famille et de la violence de genre. Ils ont également souligné la nécessité d’une politique d’égalité des genres au sein des syndicats, afin de garantir que l’égalité entre les genrs soit renforcée au sein des organisations.

Réunion du Comité régional de l’IE en Amérique Latine

Le ministre bolivien de l'Education, Roberto Aguilar Gomez, a organisé le 23 juillet, à Cochabamba, en Bolivie, une réunion du Comité régional de l’IEAL sur le thème suivant: «Tendances de l'éducation en Amérique latine: privatisation et commercialisation» (Tendencia de la Educacion en America Latina: Privatizacion y Comercio). Une réunion qui a été visionnée en direct et suivie par 29.384 enseignant(e)s bolivien(ne)s.

La réunion a permis d’élaborer et d’adopter une déclaration de l’IEAL en faveur d’un enseignement de qualité, public, démocratique et inclusif, libre et laïc, garanti en tant que droit par l’Etat.

Le Secrétaire général de l'IE, David Edwards, et le Président de l'IEAL, Hugo Yasky, l'ont présentée lors de la deuxième réunion régionale des ministres de l'Education d'Amérique latine et des Caraïbes de l'UNESCO, tenue les 25 et 26 juillet.

Mouvement pédagogique latino-américain en République dominicaine

La République dominicaine a fait un pas vers le Mouvement pédagogique latino-américain le 5 juin lors d'une réunion syndicale organisée à Saint-Domingue par le Bureau régional de l'IEAL et ses trois organisations membres nationales: la Federación de Asociaciones de Profesores de la Universidad Autónoma de Santo Domingo (FAPROUASD), l’Asociación Dominicana de Profesores (ADP), et l’Asociación Nacional de Profesores y Técnicos de la Educación (ANPROTED).

Le contexte régional, l'expansion de la privatisation et de la commercialisation de l'éducation dans le pays et les moyens de la combattre ont été discutés, ainsi que la nécessité constante pour les syndicats de faire face aux attaques des médias et du gouvernement en renforçant leurs capacités de réaction et de proposition.

Les progrès de la privatisation dans et de l'éducation ont également été discutés, de même que les avancées de la Réponse mondiale.

Soutien aux affiliés en Colombie

L’IE a soutenu son affilié, la Federación Colombiana de Educadores (FECODE), à la suite d’une attaque contre le siège du syndicat d’enseignants le 18 mai, appelant ses organisations membres à soutenir le syndicat colombien. Les attaques ont eu lieu à un moment où FECODE était à la tête d’une grève nationale visant à améliorer les salaires et les conditions de travail. Fidèle à la devise de FECODE, l’IE demande que les écoles restent des «territoires pacifiques».

Le système éducatif colombien a été soumis à plusieurs compressions budgétaires depuis 2016, ce qui rend impossible l’existence d’un enseignement de qualité. L’IE a aidé la FECODE à organiser des grèves pour protester contre les réductions du financement de l’éducation.

L'IE a également condamné les assassinats et les menaces visant les éducateurs/trices, les syndicalistes et les dirigeant(e)s sociaux/ales colombien(ne)s. Plusieurs enseignant(e)s ont été assassiné(e)s, menacé(e)s et pris(es) pour cibles par des groupes violents en Colombie. L’IE a exhorté les autorités colombiennes à proposer des solutions réelles et durables pour soutenir et promouvoir un enseignement public gratuit et de qualité.