Afrique

Afrique

Défense des droits syndicaux au Botswana

En réponse à la répression amorcée par le gouvernement à l’encontre des droits des travailleur·euse·s, le Botswana Sectors of Educators Trade Union et l’Internationale de l’Education ont engagé une lutte à l’échelle mondiale à l’occasion de la Conférence internationale du Travail, qui s’est tenue à Genève, en Suisse. Le 14 juin 2017, à l’occasion de la Commission de l’application des normes de la Conférence de l’OIT, qui se penchait sur l’éventuelle violation de la Convention 87 par le gouvernement botswanais, le Secrétaire général a prononcé un discours prégnant au nom de l’IE.

L’IE s’est engagée dans un projet continu financé par l’OIT/ACTRAV visant à aider les syndicats de l’éducation au Botswana et au Zimbabwe à renforcer la capacité des syndicats à plaider en faveur de l’adoption de réformes de la législation du travail auprès des gouvernements et des parlements, afin de respecter la liberté syndicale et d’améliorer le dialogue social pour les enseignant·e·s.

Le projet entend par ailleurs développer la capacité des affiliés de l’IE à travailler ensemble et à collaborer avec d’autres syndicats et organisations de la société civile à l’échelle nationale. L’IE travaille avec ses affiliés d’Afrique australe depuis de nombreuses années afin d’améliorer l’application des normes internationales du travail, en particulier celles relatives à la liberté syndicale et à la négociation collective.

Campagne des syndicats de l’éducation nationaux contre la privatisation de l’éducation au Ghana

Les organisations membres de l’IE au Ghana, à savoir la GNAT, la NAGRAT et le TEWU, se sont rencontrées les 30 et 31 août derniers à Accra afin d’évaluer leur plan de campagne national visant à bloquer et inverser la commercialisation de l’éducation (en anglais).

La présentation d’un communiqué destiné au ministre de l’Education faisant part de « profondes inquiétudes quant aux rapports concernant la mise en place d’un nouveau fonds mondial pour l’éducation, l’Education Outcomes Fund (EOF) for Africa and the Middle East, dont la cible sera les acteurs non publics, a été le point d’orgue de la réunion. Compte tenu du manque de ressources, il est regrettable que l’EOF prévoie de transférer à des investisseurs privés qui cherchent à tirer profit de l’éducation les fonds levés auprès des contribuables qui visent à améliorer le bien-être des enfants.

Garantir la sécurité dans les écoles au Kenya

En octobre, l’IE s’est ralliée à l’appel du Kenya National Union of Teachers (KNUT) exhortant les autorités kényanes à prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir la sûreté et la sécurité de tou·te·s les travailleur·euse·s de l’éducation et des communautés scolaires au Kenya, en particulier dans les zones touchées par les conflits et la violence. Le KNUT a fait état du meurtre de deux enseignant·e·s originaires d’une autre région commis par des militant·e·s du groupe terroriste islamiste Al-Shabaab à Mandera. Il a également déploré à plusieurs reprises l’incapacité des autorités à lutter efficacement contre la violence à l’encontre des enseignant·e·s non musulman·e·s dans les comtés de Mandera, Wajir et Garissa. L’insécurité croissante perturbe l’apprentissage et l’enseignement et mène à la pénurie d’enseignant·e·s dans les régions concernées. Les enseignant·e·s sont démotivé·e·s et démoralisé·e·s, ce qui nuit à la qualité de l’enseignement. L’IE a demandé au gouvernement d’approuver les Lignes directrices pour la protection des écoles et des universités contre l’utilisation militaire durant les conflits armés.

Atelier sur la lutte contre le travail des enfants au Ghana

Des représentant·e·s des syndicats de l’éducation de sept pays africains ont participé à un atelier de l’IE du 23 au 25 octobre 2018 à Accra, au Ghana, afin de développer un programme biennal visant à renforcer les formes locales de dialogue social pour éradiquer le travail des enfants. L’atelier a également apporté aux participant·e·s des compétences en gestion de projet. Ils·elles ont élaboré conjointement une proposition pour la création, en 2019-2020, de zones sans travail des enfants dans leur pays respectif.

1erséminaire régional de l’IE pour les militant·e·s jeunes et en début de carrière en Côte d’Ivoire

Le premier séminaire régional de l’Internationale de l’Education pour les militant·e·s jeunes et en début de carrière, qui s’est tenu le 4 novembre 2018 à Abidjan, Côte d’Ivoire, a clairement manifesté l’engagement des jeunes syndicalistes enseignant·e·s africain·e·s non seulement à accroître leur participation dans leurs propres syndicats, mais aussi à soutenir des politiques éducatives promouvant l’éducation de qualité pour tou·te·s dans la région.

Ce séminaire visait à:

  • créer un espace pour les syndicalistes enseignant·e·s jeunes et en début de carrière afin qu’ils·elles travaillent en réseau avec leurs pairs au sein des organisations membres de l’IE de la région;
  • permettre aux participant·e·s d’avoir une meilleure compréhension des contextes des politiques éducatives au niveau mondial et régional, y compris leurs liens et leur impact sur les actions de plaidoyer et les campagnes menées par les syndicats de l’éducation à l’échelle nationale;
  • permettre aux participant·e·s d’identifier et de développer des stratégies pour accroître la participation des militant·e·s jeunes et en début de carrière dans leur syndicat; et
  • renforcer la participation dans les instances de décision et de direction des syndicats.

A l’issue du séminaire, les participant·e·s ont rédigé et adopté un communiqué à l’intention de la Conférence régionale Afrique de l’IE. Ce communiqué, qui contient des recommandations destinées à leurs syndicats et à l’IE à l’échelle régionale et mondiale, vise à accroître la participation des jeunes membres dans toutes les structures syndicales, en particulier au niveau de la prise de décision et de la direction.

9e Conférence régionale Afrique

Environ 400 délégué·e·s, observateur·trice·s et invité·e·s spéciaux·ales issu·e·s de 42 pays, y compris d’Europe et d’Amérique, se sont rassemblé·e·s à Grand-Bassam, Côte d’Ivoire, du 6 au 9 novembre à l’occasion de la 9e Conférence régionale Afrique de l’IE. Les participant·e·s ont discuté essentiellement du rôle des syndicats du secteur de l’éducation dans la mise en œuvre de l’Agenda pour l’éducation 2030, l’unité syndicale, la privatisation et commercialisation de l’éducation, le renouvellement du Comité régional Afrique et l’adoption de plusieurs résolutions et recommandations.

Réunion du WAWEN au Burkina Faso

Le sous-groupe francophone du Réseau de femmes ouest-africaines dans le secteur de l’éducation (WAWEN) a organisé une formation ainsi qu’une réunion de sensibilisation aux questions de genre du 12 au 14 décembre 2018 à Ouagadougou, au Burkina Faso. Les participant·e·s ont discuté des questions d’égalité des genres au sein des syndicats et de l’éducation et ont partagé leurs expériences en matière d’intégration de la dimension de genre.

Ils·elles se sont concentré·e·s sur certaines thématiques, notamment les femmes dans les instances de direction, l’unité syndicale, la violence fondée sur le genre en milieu scolaire (VGMS) et les problématiques liées aux lesbiennes, gays, bisexuel·le·s, transgenres et intersexué·e·s (LGBTI). Les résultats et recommandations issus de l’évaluation des activités accomplies par le Réseau africain des femmes en éducation (AWEN) au cours des dix dernières années ont également été abordés, et des stratégies visant à augmenter la visibilité ainsi que l’efficacité du travail futur du réseau ont été identifiées.

Les syndicats d’enseignants agissent à l’occasion de la réunion visant à éradiquer la VGMS au Sierra Leone

Dans le cadre de l’initiative conjointe de l’IE/UNGEI « Les syndicats d’enseignants agissent afin d’éradiquer la VGMS », 15 membres de l’équipe du changement de l’IERAF, du Gambia Teachers’ Union et du Sierra Leone Teachers’ Union se sont rencontré·e·s à Freetown, Sierra Leone, du 20 au 24 novembre 2018, afin de partager leurs expériences sur les activités menées pour éradiquer la VGMS, et de discuter des actions qui doivent être entreprises par les syndicats d’enseignants, en concertation avec les communautés et les partenaires, pour lutter efficacement contre ce fléau.